mardi, 20 décembre 2016 13:27

Histoire politique du Burkina Faso

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Panthéon des martyrs de la révolution Le Panthéon des martyrs de la révolution

Le pays de la Haute-Volta, aujourd’hui Burkina Faso, était intégré à l’empire colonial français en Afrique. Avant la pénétration coloniale, le territoire actuel était constitué de formations politiques composites dont les plus stables furent les royaumes moose.

Colonisation

Le 1er mars 1919, la colonie de la Haute-Volta est créée par un décret et regroupait les cercles de Gaoua, de Bobo-Dioulasso, Ouagadougou, Dori, Dédougou, Say et Fada-Gourma. En 1927, le cercle de Say est rattaché à la colonie du Niger.

Division du pays

Le 5 septembre 1932, la colonie de la Haute-Volta est supprimée par un décret pour des raisons économiques et financières. Elle est partagée entre les colonies de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Soudan. En 1945, le Mogho-Naba Saga II créa l’Union pour la défense des Intérêts de la Haute-Volta (UDIHV) et entreprit une campagne pour la reconstitution de la colonie de Haute Volta.

Reconstitution

Le 4 septembre 1947, la colonie de la Haute Volta est rétablie dans ses limites de 1932 par une loi.

Indépendance

Elle accède à l’indépendance le 5 août 1960 et Maurice YAMÉOGO est élu premier président de la première République qui prit fin le 3 janvier 1966 avec la prise du pouvoir par l’armée à la suite d’une grève de syndicats. Le Lieutenant-Colonel Sangoulé LAMIZANA devient président. L’évolution politique du pays depuis les indépendances est caractérisée par une période d’instabilité militaire dont la plus importante est celle de 1980 à 1987 où trois pouvoirs d’exception se sont succédés et par l’avènement de 4 Républiques (1960- 1966 ; 1970- 1074 ; 1977-1980 et de 1991 à nos jours).

Les Révolutions

Le Lieutenant-Colonel Sangoulé LAMIZANA devient président le 03 Janvier 1966. L’évolution politique du pays depuis les indépendances est caractérisée par une période d’instabilité militaire dont la plus importante est celle de 1980 à 1987 où trois pouvoirs d’exception se sont succédés et par l’avènement de 4 Républiques (1960- 1966 ; 1970- 1074 ; 1977-1980 et de 1991 à nos jours).

Les différents régimes

Aux élections législatives du 19 avril 1959, le Rassemblement démocratique africain (RDA) arrive très largement en tête avec 70 % des suffrages, et occupe 65 des 75 sièges de l'Assemblée puis 71 à la suite de désistements : le PRA, très minoritaire, disparait peu après. Le sénateur Koné Begnon est élu président de l'Assemblée, et Maurice Yaméogo, qui avait succédé à Ouezzin Coulibaly à la tête du gouvernement, devient président du Conseil des ministres. Après une période de relative instabilité, l'autorité de l'État est peu à peu rétablie. Yaméogo renforce son autorité en étant élu à la tête du Rassemblement démocratique africain le 30 décembre 1959 ; le 4 juin 1960, la Haute-Volta demande et obtient l'indépendance.

  • De 1966 à 1980 : Lamizana au pouvoir

Au nom de l'armée, le lieutenant-colonel Aboubacar Sangoulé Lamizana prend le pouvoir ; il renverse la Première République, instaure un régime militaire autoritaire et supprime les partis politiques. Le 12 février 1969, il nationalise les écoles privées catholiques. Le régime s'assouplit peu à peu, et le 20 novembre de la même année, les partis politiques sont à nouveau autorisés. Le 14 juin 1970, le chef de l'État fait approuver par référendum une nouvelle Constitution ; c'est le début de la Deuxième République. Ce texte attribue la présidence de la République au militaire le plus ancien dans le grade le plus élevé, et accorde au moins un tiers des portefeuilles ministériels à l'armée.

  • Le 25 novembre 1980,

  Le lieutenant-colonel Aboubacar Sangoulé Lamizana est renversé par le colonel Saye Zerbo, qui est à la tête du Comité militaire de redressement pour le progrès national (CMRPN).

  • le 7 novembre 1982,

  Le colonel Saye Zerbo est à son tour renversé, et doit céder le pouvoir au Conseil provisoire de salut du peuple (CPSP) du commandant Jean-Baptiste Ouédraogo.

  • De 1983 à 1987 : Thomas Sankara, le CNR et la Révolution

Suite aux événements du 17 mai, le 4 août 1983, une partie de l'armée se soulève, conduite par le commandant Jean-Baptiste Boukary Lingani et les capitaines Blaise Compaoré, Thomas Sankara et Henri Zongo. Le CSP est renversé, puis remplacé par le Conseil national de la Révolution (CNR). L'année suivante, le 4 août, à l'occasion du premier anniversaire de la révolution, le pays est rebaptisé Burkina Faso (Pays des hommes intègres), un nouvel hymne national, une nouvelle devise (« La patrie ou la mort, nous vaincrons ») et un nouveau drapeau sont choisis ; on procède également à un nouveau découpage territorial, qui donne naissance à vingt-cinq provinces et 121 départements.

  • De 1987 à 2014 : Blaise Compaoré

Au bout de 4 ans de régime révolutionnaire, le président Sankara est renversé à son tour par Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987. Thomas Sankara est assassiné lors de ce coup d'état, au cours d'une réunion du Conseil de l'Entente. Une des premières mesures que prend Blaise Compaoré est la dissolution du Conseil national de la Révolution qu'avait créé Sankara ; il crée un nouveau parti, le Front populaire (FP). Blaise Compaoré a été élu pour la première fois en 1991, et réélu en 1998, en 2005 et en 2012.

  • La transition

Le peuple du Burkina Faso a réussi un exploit inédit qui a surpris et l’Afrique et le monde entier. En contraignant le régime du président d’alors, Blaise Compaoré, au respect de la Constitution au moyen de manifestations populaires de toutes ses composantes sociopolitiques. C’est ce qu’on a baptisé l’insurrection ou la « révolution populaire du 30 octobre 2014 ». Et qui a non seulement contraint l’ex-président Blaise Compaoré à abandonner le pouvoir mais également à fuir son pays à destination de la Côte d’Ivoire. Depuis, une transition politique s’est mise en place.

  • Lieutenant-colonel Yacouba Isaac ZIDA devint nouveau Chef d'Etat du Burkina Faso à compter du 1er Novembre 2014 pour une transition démocratique
  • Son Excellence Monsieur Michel KAFANDO remplace ZIDA à la présidence du Faso pour la transition civile de 12 mois jusqu'à la présidentielle de novembre 2015. Il a été investi Président du Faso le 18 novembre 2014.
  • Le régime actuel

A l’issue de l’élection présidentielle du 29 Novembre 2015, Rock Marc Christian KABORE est élu président. Investi le 29 Décembre 2015, il choisit comme Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

 

Thomas Bougma, pour le Groupe Le "MASSA"


 

Lu 1483 fois Dernière modification le lundi, 18 novembre 2019 12:33
Plus dans cette catégorie : « Présentation du Burkina Faso Economie »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

ESPACE PUBLICITE

AFRIKHOTELS.ORG  Votre portail de réservation en ligne 24h/24
AFRIKHOTELS.ORG Votre portail de réservation en ligne 24h/24
Pour toutes vos réservations d'hôtels au Burkina faso et en Afrique
Hôtels, Résidences, Appartements meublés, Maisons d'hôte
Hôtels, Résidences, Appartements meublés, Maisons d'hôte
Des chambres confortables toutes catégories
Salles de conférence/réunion
Salles de conférence/réunion
Pour toutes vos cérémonies: conférences, ateliers de travail, réunion, formation, mariage, etc. à Ou...
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
my description here
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada

Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter pour rester informé des nouveautés du site.
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…