Politique

Nouvelle immatriculation des véhicules motorisés au Burkina Faso

C’est en 1995 qu’a été adopté le système d’immatriculation des véhicules motorisés en vigueur au Burkina Faso. Pourtant, depuis 2017, le gouvernement burkinabè a entrepris des reformes pour le remplacement dudit système. Cette mesure a suscité bien des réactions auprès des uns et des autres, notamment sur le pourquoi ! Infosdafrique s’est penché sur la question pour vous.

En effet, si cette mesure de «ré-immatriculation» a été annoncée depuis 2017, ce n’est qu’à partir de ce vendredi 09 juillet que le compte à rebours pour le retrait total des anciennes immatriculations a été lancé ; un compte à rebours qui court sur une période de trois ans. Si cette mesure est accueillie avec une certaine perplexité par les usagers des véhicules motorisés, les autorités burkinabè, quant à elles, ne manquent pas de souligner les raisons qui justifient cette décision.

Tout d’abord, il y’a la question de modernisation et d’efficacité du système. L’un des facteurs qui a motivé cette décision est le caractère obsolète des anciennes immatriculations. Au bout de deux décennies, il apparaît que la quantité de véhicules en circulation sur l’étendue du territoire burkinabè a atteint un seuil que le système d’immatriculation précédent peine désormais à couvrir. Et la croissance du parc de véhicules national demeurant continue, la révision du système s’est présentée comme un besoin impérieux. Désormais, c’est un peu plus de 61 millions de véhicules qui pourront être pris en charge par le nouveau système. La modernisation du système permettra, en outre de répertorier avec plus de précisions les différents véhicules présents sur le sol burkinabè, et d’offrir aux différents services de l’Etat qui en ont besoin, les informations justes pour améliorer leur travail. En termes de modernisation, l’apparence des plaques d’immatriculation aussi a connu une certaine évolution. Seuls les véhicules des corps diplomatiques et consulaires,  des organismes internationaux et de leurs personnels n’ont pas été affectés, car obéissant à des conventions internationales. Pour ce qui est des autres véhicules, les nouvelles immatriculations se présentent comme suit : voir l’article sur «les nouvelles immatriculations»

Le second facteur qui a motivé ce décret est d’ordre sécuritaire. Il est, en effet, bien connu qu’au Burkina Faso, sévissent de nombreux faussaires passés maîtres dans l’art de reproduire des documents officiels aux titres de transport. Ce faisant, ces « génies du faux » causent de nombreux dommages à la Direction des transports, et par ricochet, à l’Etat burkinabè. Au titre de ces préjudices, le premier à noter est celui causé aux recettes de la Direction Générale des Transports Terrestres et Maritimes. Ces fausses immatriculations constituent un important volume de taxes étatiques qui ne seront pas perçues, et donc un manque budgétaire non-négligeable. Mais le dommage le plus important à ce niveau, porte sur l’efficacité du système de sécurité des immatriculations. La falsification des documents d’immatriculation permet de mettre en circulation des véhicules dont les propriétaires réels ne sont pas enregistrés dans les bases de données de l’Etat. De fait, ces véhicules, légalement inexistants, sont quasiment impossibles à retracer lorsqu’ils servent pour des délits. A titre d’exemple, l’un des problèmes qu’ont souvent rencontrés les forces de défense et de sécurité burkinabè, lors notamment, d’accidents avec délits de fuite. Il n’est pas rare, dans ces cas, que les numéros d’immatriculation transmis par des témoins aboutissent à des impasses. Car lorsque les enquêteurs se rapprochent de la DGTTM pour obtenir l’identité du propriétaire du véhicule en cause, les informations sont souvent inexactes. Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

La nécessité d’introduire un nouveau système d’immatriculation des véhicules motorisés est donc un fait bien établi. Pourtant, la nouvelle est accueillie de façon assez mitigée par les populations. Et si beaucoup n’apprécie pas l’entrée en vigueur de cette loi, c’est essentiellement pour deux raisons :

  1. Le manque de communication. Si les autorités burkinabè ont clairement démontré leur volonté de faire appliquer cette loi et se sont employées à en donner les raisons, il faut croire que les explications données n’ont pas été claires pour tout le monde. Une partie de la population burkinabè se pose donc la question de savoir si cette nouvelle immatriculation a vraiment sa raison d’être. Et même si pour certains les motifs évoqués dans les termes « décision d’ordre technique et sécuritaire » sont claires, le fait est que les aspects techniques et sécuritaires n’ont pas été assez dépeints au citoyen lambda ; d’autant que les raisons qui ont poussé à l’adoption de cette loi sont on ne peut plus fondées.
  2. L’aspect coût : c’est ici la critique la plus récurrente au sujet de ces nouvelles immatriculations. Pour bon nombre de citoyens, le coût requis pour une mise à jour des documents d’identification des véhicules est très élevé, surtout au vu de la conjecture financière actuelle. Le coût élevé de la vie fait donc paraître cette mesure comme inappropriée à la situation de la majorité des usagers. Pour ce problème, si les citoyens ont trois ans pour se mettre en règle vis-à-vis des textes, les autorités, elles assurent de travailler à alléger progressivement le processus afin de permettre aux citoyens de n’avoir à fournir que le strictement nécessaire.

PRESTATIONS RELATIVES AUX CARTES GRISES

DESIGNATION DE LA PRESTATION

TARIF EN FCFA

01

CG PMC Véhicules à Charge utile ≤ à 1000 kg

10.000

02

CG PMC Véhicules à Charge utile > à 1000 kg

13.000

03

CG PMC Vélomoteurs et motocyclettes, tricycles et quadricycles à moteur

6.000

04

CG Changement de propriétaire/ Véhicules à Charge utile ≤ à 1000 kg

10.000

05

CG Changement de propriétaire/ Véhicules à Charge utile > à 1000 kg

13.000

06

CG Changement de propriétaire/ Vélomoteurs et motocyclettes, tricycles et quadricycles à moteur

6.000

07

CG Duplicata Véhicules Charge utile ≤ à 1000 kg

14.000

08

CG Duplicata Véhicules Charge utile > à 1000 kg

17.000

09

CG Duplicata Vélomoteurs et motocyclettes, tricycles et quadricycles à moteur

11.000

10

CG Renouvellement nouveau format (détérioration, expiration, levée de gage, immatriculation particulière, banalisation, changement de région, etc.)

6.000

11

CG Renouvellement ancien format

6.000

12

Certificat de mise en circulation international

10.000

Prix des plaques

13

Plaques moto

10.000

14

Plaques véhicules

11.000/l’unité

On peut donc noter que cette nouvelle mesure est plutôt bénéfique à la Nation burkinabè en général, et au secteur du transport en particulier. D’ailleurs, bon nombre d’usagers ont déjà commencé à se mettre à jour et n’ont pas l’air très contrariés par la nouvelle situation.

Lu 3169 fois Dernière modification le vendredi, 16 août 2019 17:18
Share this article

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

ESPACE PUBLICITE

AFRIKHOTELS.ORG  Votre portail de rservation en ligne 24h/24
AFRIKHOTELS.ORG Votre portail de rservation en ligne 24h/24
Pour toutes vos rservations d'htels au Burkina faso et en Afrique
Htels, Rsidences, Appartements meubls, Maisons d'hte
Htels, Rsidences, Appartements meubls, Maisons d'hte
Des chambres confortables toutes catgories
Salles de confrence/runion
Salles de confrence/runion
Pour toutes vos crmonies: confrences, ateliers de travail, runion, formation, mariage, etc. Ouagadougo...
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
my description here
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada

Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter pour rester informé des nouveautés du site.
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…