mercredi, 21 décembre 2016 15:07

CEEAC

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) a été créée en octobre 1983, avec la mise en place de son Secrétariat Général en janvier 1985.

La CEEAC a pour mission: "de promouvoir et de renforcer une coopération harmonieuse et un développement équilibré et auto-entretenu dans les domaines de l’activité économique et sociale, en particulier dans les domaines de l’industrie, des transports et communication, de l’énergie, de l’agriculture, des ressources naturelles, du commerce, des douanes, des questions monétaires et financières, des ressources humaines, du tourisme, de l’enseignement, du perfectionnement, de la culture, de la science et de la technologie et du mouvement des personnes en vue de réaliser l’autonomie collective, d’élever le niveau de vie des populations, d’accroître et de maintenir la stabilité économique, de renforcer les étroites relations pacifiques entre les Etats membres, et de contribuer au progrès et au développement du continent africain"

Elle compte actuellement 10 États membres : Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, RD Congo, Sao Tome & Principe, Tchad.

Et a une superficie de 6 640 600 Km² avec une population estimée en 2013 à 145 millions d’habitants.

Dans la perspective de relever les défis de l’intégration, les pays membres de la CEEAC ont adopté dès 2007 un plan stratégique d’intégration dont la vision à l’horizon 2025 est de faire de la région un espace de paix, de solidarité, de développement équilibré et de libre circulation des personnes, des biens et des services.
Pour la réalisation de cette vision, la Conférence des Chefs d’États et de Gouvernement de la communauté ont retenu trois axes pour la période allant jusqu’en 2015 sur lesquels se sont concentrées les activités de la Communauté. Il s’agit de :

1.    Paix, sécurité et stabilité, notamment le fonctionnement du Conseil de paix et de sécurité en Afrique centrale (COPAX) ;
2.    Infrastructures, comprenant les Transports, l’Énergie, l’Eau, les Technologies de l’Information et de la Communication.
3.    L’Environnement, incluant la gestion des écosystèmes du Bassin du Congo.

Ces trois axes sont complétés par la consolidation de l’union douanière et la mise en œuvre de la Politique Agricole commune.

La CEEAC comprend plusieurs institutions qui constituent les instance dirigeantes de la CEEAC. Ce sont :

  •     la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement,
  •     le Conseil des Ministres ;
  •     la Cour de Justice (non encore opérationnelle);
  •     le Secrétariat Général, organe exécutif de la Communauté;
  •     la Commission consultative ;
  •     les Comités techniques spécialisés.

Economie

Sur le plan économique, la région est parmi les plus dynamiques du continent, avec une croissance moyenne autour de 5% sur les cinq dernières années.  Avec près de $ 120 milliards d’exportation en 2013, la région CEEAC représente en moyenne près de 20% des exportations africaines.

L’exportation des hydrocarbures représente 41% du PIB et domine l’économie de la région, suivie de près par l’activité forestière et les industries minières extractives, et enfin par des agro-industries centrées autour de la transformation du coton, café et cacao, caoutchouc.

Pour consolider ces acquis et s’engager vers la transformation structurelle des économies, la région regorge de nombreux atouts notamment :

  •     Sa position charnière et stratégique au centre de l’Afrique pourrait en faire une zone privilégiée d’échanges commerciaux entre les régions du continent.
  •     Les ressources importantes notamment pétrolières, minérales et minières (diamant, cuivre, fer, manganèse, cobalt, etc.) dont certaines dont certaines sont des gisements de classe mondiale. Les réserves pétrolières prouvées pour la région sont estimées à 31,3 milliards de barils, soit 28% des réserves totales du continent.
  •     Un important potentiel agricole, forestier et hydraulique. Le Bassin du Congo estimé à 227 millions d’hectares, abrite la seconde réserve forestière et hydraulique mondiale. Il est de ce fait un des poumons de la planète.
  •     La richesse de son écosystème : environ 26.355 m3 d’eau par habitant et par an, 27 millions d’hectares de terres arables, 135 millions d’hectares de pâturages et quatre zones écologiques favorables au développement de l’agriculture et des activités pastorales.
  •     Enfin, un potentiel hydro-électrique relativement important, soit 60% du potentiel du continent africain.

Pour en savoir plus ...

 

Lu 823 fois
Plus dans cette catégorie : CEN-SAD »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

ESPACE PUBLICITE

AFRIKHOTELS.ORG  Votre portail de réservation en ligne 24h/24
AFRIKHOTELS.ORG Votre portail de réservation en ligne 24h/24
Pour toutes vos réservations d'hôtels au Burkina faso et en Afrique
Hôtels, Résidences, Appartements meublés, Maisons d'hôte
Hôtels, Résidences, Appartements meublés, Maisons d'hôte
Des chambres confortables toutes catégories
Salles de conférence/réunion
Salles de conférence/réunion
Pour toutes vos cérémonies: conférences, ateliers de travail, réunion, formation, mariage, etc. à Ou...
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
my description here
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Ouaga
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada
Visitez les meilleurs hotels de Fada

Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter pour rester informé des nouveautés du site.
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…