C’est parti depuis le samedi dernier, le sixième Championnat d’Afrique des Nations de football (CHAN) qui se déroule du 16 janvier au 7 février au Cameroun.

En attendant de savoir qui des 16 meilleures équipes africaines constituées des joueurs évoluant dans les championnats locaux va remporter le graal, la première journée de ce tournoi a vu, pour le compte du groupe A, une bonne entrée en matière pour le pays organisateur qui a battu le Zimbabwe par le score d’un but à zéro alors que les Aigles du Mali, dans le même groupe, sont venus à bout des Etalons du Burkina par le même score d’un but à zéro.

Hier pour le premier match du groupe B logé à Douala, le Niger et la Libye se sont quitté dos à dos. Le deuxième match du groupe qui a opposé la RDC au Congo dans un chaud derby s’est soldé par une victoire des Léopards au détriment des Diables rouges (Congo Brazza).

C’est à cœur joie que des dizaines de spectateurs qui ont droit d’accès au stade Ahmadou Ahidjo, du nom du premier président camerounais ainsi que des milliers de téléspectateurs sur le continent africain ont suivi la cérémonie d’ouverture de ce sixième CHAN qui se déroule dans un contexte de seconde vague du coronavirus. On peut donc dire que dans cette pandémie de Covid, le CHAN vient donner du baume au cœur des fans du ballon rond. Même s’il s’agit plus ou moins d’un CHAN au rabais eu égard à la limitation stricte des spectateurs et autres supporteurs au stade. Ceux-là même qui généralement surchauffent les gradins aux sons de vuvuzela en donnant beaucoup plus d’adrénaline à ces joueurs locaux qui ont plus que besoin de se surpasser pour non seulement représenter valablement leur pays mais aussi saisir cette occasion rêvée de taper dans l’œil des recruteurs. Qu’à cela ne tienne, il fallait prendre le risque d’organiser cette compétition d’autant que depuis fort longtemps, les amoureux du cuir rond avaient besoin de ces retrouvailles sportives à la dimension continentale.

Que ce soit la CAN U-17 qui se tiendra au Maroc, la CAN U-20 en Mauritanie à partir du 18 février, ou encore le tournoi de l’Union des Fédérations Ouest Africaines (UFOA) qui vient de se tenir, l’Afrique semble vouloir démontrer à travers ces rencontres sportives, sa capacité de résilience face à cette pandémie pour laquelle elle n’a pourtant pas encore de remède. Ce qui est, certes, salutaire, mais le risque d’un double rebond est aussi réel. En effet, si l’on n’y prend considérablement garde, il y a de forts risques de se retrouver après cette compétition avec beaucoup plus de dégâts au plan sanitaire. Touchons du bois !

Toujours est-il que le Cameroun, à travers l’organisation de ce CHAN, a le triple défi organisationnel, sanitaire et sécuritaire à relever. Ce CHAN lui sert de test grandeur nature dans la perspective de l’organisation de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), dans un an, en janvier 2022. Sur le plan organisationnel, les instances dirigeantes du football africain jaugeront des capacités infrastructurelles du pays à organiser enfin la plus belle fête du football africain qu’est la CAN. Au plan sanitaire, c’est certain que le Cameroun est dans le viseur des organisations africaines ou internationales en charge de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et dans ce sens, il n’a vraiment pas droit à l’erreur d’autant qu’un pic aux lendemains de ce CHAN pourrait compromettre la tenue de la CAN. Et enfin au plan sécuritaire, le pays doit pouvoir contenir les velléités de sabotage de ce CHAN par des indépendantistes des régions anglophones et tout mettre en œuvre pour que les terroristes de Boko-Haram n’endeuillent ce tournoi sportif.

Drissa Traoré.

Espace Pub

Who's Online

Nous avons 954 invités et aucun membre en ligne

Localisation

  • Boulevard Charles de Gaules, Quartier Wemtenga,
    Scoolasticat Bâtiment, B12
    01 BP 2922 Ouagadougou 01, Burkina Faso
    Mobile: +226 58 85 82 00
    Standard: +226 25 48 84 33
    Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

New templates